afterworld Index du Forum
 
 
 
afterworld Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion
 

[Professeur]Le Cavalier d'Utopia

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    afterworld Index du Forum -> Personnages -> Présentation -> Fiches validées
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
 Cavalier
 Mutant
  
Hors ligne

 Inscrit le: 28 Mai 2010
 Messages: 14
 

 MessagePosté le: Ven 28 Mai - 18:47 (2010)    Sujet du message: [Professeur]Le Cavalier d'Utopia Répondre en citant

HRP :
Comment avez-vous connu le forum ? Liam Wells est venu me contacter
A quelle fréquence pourrez-vous être présent ? Très souvent, vu que je vis à Utopia
Des remarques à formuler ? J’espère rencontré les gus du 25 décembre 2043 pour leur « souhaiter » un joyeux Noël.
Nom de votre avatar : Adewale Akinnuoye-agbaje


Identité :
Nom : Cavalier
Prénom : Séraphin Marie-Pierre
Nationalité : Française & Américaine
Age : 34
Genre : Mâle
Fertilité : fertile
Appartenance : mutant
Famille : Décimée en dehors d’une fille dans le coma.
Problèmes personnels : (recherché, dettes, etc...) Il a fait parti des suspect dans une affaire d'incendie d'individu anti-mutants en fin 2044, peu avant Noël.

Description physique :
Taille : 1.88
Poids : 100
Cheveux : (couleur et coiffure) Noirs et courts.
Yeux : Noirs
Tenue vestimentaire : Un long manteau noir lorsqu'il est de sorti. T-shirt et pantalons de couleurs clairs et foncé sans motifs le plus souvent. Parfois, des symboles liés à la culture Vaudou sont peints sur les vêtements.
Signe particulier : Quelques vieilles cicatrices de brûlures sur le corps liées à l’incendie du 25 décembre 2043.


Description comportementale :
Principales qualités : Altruiste. Prudent. Patient.
Principaux défauts : Colère terrible. Soif de vengeance.
Tics et manies : Séraphin joue souvent avec un objet lié à sa religion.
Ce à quoi il (ou elle) tient le plus : Sa fille. En attendant de la revoir, une mèche de sa chevelure.
Ce qui le (ou là) met hors de lui : Que l’on fasse de la bouffe de merde et que les gens acceptent de la manger. L’intolérance, vous l’auriez deviné.
Introverti ou extraverti ? Introverti en général, tout dépend avec qui il se trouve. Il sera extraverti s’il parle d’un sujet avec passion ou lors d’une colère.
Sociable ou solitaire ? Sociable même s’il est plutôt réservé.
Capable d’oter la vie ? (expliquer pourquoi en 2-3 lignes) Oui, la guerre a commencé. Séraphin n’a aucune pitié envers l’ennemi.

Domaines de compétence : Cuisinier et professeur.
Activité principale : Cuisinier & professeur
Formation (scolaire ou non) : Bac pro Hôtel et Restauration (cuisine)
Langue (et niveau de maîtrise notions/langage courant/parfait) : Français & Anglais (courant).
Sport(s) (et fréquence de pratique : de temps en temps/fréquemment/intensivement) : Fréquemment des exercices de respiration et de close-combat depuis 2043.
Activité(s) culturelle(s) (musique, théâtre, etc...) (et fréquence de pratique : de temps en temps/fréquemment/intensivement) : Séraphin assiste fréquemment à des débats et conférences sociologiques sur le futur des mutants. Il s’intéresse sur les rares défenseurs pour se renseigner sur eux et éventuellement les défendre.


Pour les mutants :
Pouvoir : Ce pouvoir consiste en la projection d’une source d’énergie suffisamment puissante pour détruire tout ce qu’elle rencontre.
Le rayon part de quelques centimètres du visage, du torse ou de la main de Séraphin. Visuellement, le rayon n’a pas de couleur particulière, il donne une impression de déformation de la réalité lors de son déplacement.
Séraphin est capable de l’affiner pour que le rayon puisse passer à travers une serrure par exemple. Dans ce cas là, il s’aide de la main (bien que cela ne soit pas nécessaire) pour se concentrer. Il travaille ce point là afin de pouvoir interroger les éventuels prisonniers avec efficacité (ou s’il se trouve un jour en face des responsables de la Nuit de la Terreur).

Niveau de maitrise : (Nombre de points entre 1 et 10, pas plus de 3 en dessous de 12 ans et pas plus de 8 en dessous de 16 ans. )
Barème du pouvoir : (l’équipe s’occupera de vous le donner une fois que vous serez accepté, veuillez ne rien écrire ici)

Rayon destructeur 25 / 50

  
Contrôle : 4 / 4

0 = Aléatoire
1 = Inhibé, déclenchement sous l’effet de fortes émotions
2 = Volonté mais déclenchement et inhibition sous l’effet de fortes émotions
3 = Volonté mais inhibition sous l’effet de fortes émotions
4 = Volonté


Effet destructeur (en fonction de la durée, les effets augmentent d’un cran) : 12 / 15

0 = Assommant. Sonne un humain pendant une à cinq minutes. Fissure une vitre.
3 = Fracassant. Projette un humain et le sonne. La victime est inconsciente pendant un quart d’heure à une demi-heure. Brise une vitre.
6 = Cassant. La victimes subit des hématomes et a le souffle coupé. Une porte/fenêtre s’ouvre sou la force de l’impulsion.
9 = Onde de choc. Brise les os, déforme une porte blindée (5 cm d’épaisseur).
12 = Dévastateur. Creuse un trou dans la chair et les os. Perce un mur de béton de 10 cm
15 = Explosif. Explose l’équivalent d’un corps humain. Perce un blindage.


Précision : 3 / 9

0 = Canon. Cause un trou d’un rayon d’une trentaine de centimètres / approximatif / dans ou à coté de la cible mais pas dans le mille
3 = Grossier. Cause un trou d’un rayon d’une quinzaine de centimètres / Vise une zone / Dans la cible
6 = Rayon. Cause un trou d’un rayon de cinq centimètres / Vise un membre sans précision / Près du centre de la cible
9 = Fil. Cause un trou d’un rayon de cinq millimètres / Vise une partie d’un membre avec précision / Le centre d’une cible


Portée : 4 / 10

0 = 5 mètres
2 = 15 mètres
4 = 30 mètres
6 = 50 mètres
8 = 75 mètres
10 = 100 mètres


Durée du rayon en continue (les dégâts sont plus efficaces) et les effets de la Fatigue du mutant : 2 / 12

0 = 1 seconde / rien
2 = 5 secondes / rien
4 = 1 minute / une migraine de cinq minutes
7 = 5 minutes / une migraine de trois quart d’heure
10 = 10 minutes / fatigue = ne peut se déplacer qu’en marchant vite, pas d’effort physique pendant une à deux heures.
12 = 15 minutes / grande fatigue = doit se reposer sans bouger pendant cinq bonne minutes. Idem pour 10 minutes pendant 3 à 4 heures

 


Background :

Votre histoire :

2016. La maman de Séraphin est venue en France pour bénéficier d’un accouchement sans risque.

Séraphin a vécu avec sa famille tour à tour en France et à Tahiti. Baigné dans une culture vodouisant et catholique, il a une vue du bien et du mal bien personnel et assez large. Il passera le bac et aura une licence pour ouvrir une boulangerie.

C’est une famille de touristes de Seattle en France qui le fera partir pour les Amériques. Il tombera amoureux de leur fille et réciproquement.

Le 24 décembre 2043, 23h25. Séraphin travaillait dans la restauration et parce qu’il était bon, on lui avait accordé de passé le réveillon en famille. Enfin, de rentrer plus tôt. Il regardait dans le vague, observant la vie sous la forme de lumière multicolore, de musiques et de passants. Beaucoup de monde ce soir désireux de profiter de cette soirée. Il aurait pu rentrer une demi-heure plus tôt mais il avait besoin de récupérer mentalement. De se reposer cinq minutes. C’était juste un de ces moments de solitude reposant avant de s’embarquer dans une aventure. Car le réveillon était une grande aventure. Surtout lorsque l’on était l’hôte. S’assurer que tout le monde trouve son compte et s’amuse. Il avait préparé une partie du repas la veille, il n’y avait plus qu’à décongeler. Les cadeaux étaient emballés depuis trois semaines. Tout allait bien. Il imaginait la tête de ces enfants et de sa femme. Il sourit, heureux puis il démarra et prit la direction de son chez soi.

23h55. Il mit une bonne demi-heure au lieu d’un quart d’heure pour arriver jusqu’à chez lui. Il habitait au cinquième étage d’un immeuble de cinquante. Séraphin Marie-Pierre aperçut en face de l’immeuble, trois hommes cagoulés et armés qui entraient dans un van. Deux secondes d’hésitation plus tard, il se trouvait dans l’escalier. Le mutant préférait ne pas ce mêler de leurs affaires. Il appellerait les flics une fois rentrée.

00h03. De la fumée épaisse sortait de son palier. Il ouvrit rapidement la porte sur un décor infernal. Des flammes affamées et dansantes s’avançaient pour lui lécher la chair, des murs à moitié fondus et des corps immobiles, pas tous, ne faisant qu’un avec les flammes. Tous les corps présent étaient décédés avec un verre à proximité, brisé par une chute ou bien lancé contre un mur. Son hurlement de rage fut terrible.

Il sortit pour fuir et s’arrêta net. Dans le couloir, tous les voisins étaient sortis. Ils avaient un seau d’eau et la peur se lisait sur leur visage. Un couple d’une cinquantaine d’année lui déposa, sa fillette de quatre ans. Elle se serra contre lui sans rien dire. Séraphin eut l’impression qu’elle s’endormait dans ses bras pour toujours.

Les cagoulés devaient empêcher pendant un temps court à leurs yeux, une demi-heure, tout secours. Toujours est-il que Séraphin ne les avait pas oublié et était descendu dans le parking souterrain. Il transportait le corps inerte d’une enfant.

Rick Parkson était heureux. Il n’aimait pas les mutants. Ces aberrations génétiques capables de choses autant destructrices que merveilleuses. Lui, il n’avait pas besoin d’un « don ». Il aurait aimé pourtant. Mais plus aujourd’hui. En cette nuit du 25 décembre 2043, il se prenait pour un défenseur de l’humanité. Un combattant humain contre une invasion épidémique. Rick était le leader d’une équipe de quatre hommes, trois sur le terrain et le quatrième au volant du van. Il avait les données sur les mutants de sa liste : adresse, famille, horaire de travail, capacité mutante. A moins d’un imprévu, c’était tout bon. Pour ce Black, il savait qu’il était capable de faire un trou dans un mur à cinq mètres de distance. Son téléphone sonna. Par acquis de conscience, car Rick Parkson avait le sens du devoir bien accompli, il se décida à faire un tour par le sous-sol de l’immeuble. Le véhicule s’arrêta donc devant l’entrée du parking souterrain. Rick descendit, la cagoule sur le visage, le pistolet mitrailleur en main et une remarque à ses collègues :

« Restez là et prenez-en de la graine. »

A dix mètres, la porte s’ouvrit, révélant Séraphin. Il avait l’air tranquille mais ses yeux bouillonnaient de fureur et sa peau était couverte de transpiration, ses vêtements étaient brûlés par endroit. Parkson sourit et mourut sans comprendre. Ces collègues tous goguenards en imaginant le corps plombés du mutants prirent la poudre d’escampette. Ils auraient pu continuer leur traque une fois remis de leur choc. Mais le chauffeur en voulant éviter un véhicule de pompier, s’encastra dans le mur.

Séraphin avait réfléchi très vite. La porte du parking souterrain ouverte, il avança à grand pas en restant prudent. Des hommes armés portant des cagoules avaient de quoi inquiéter. Et avec raison. Le premier en haut de l’entrée du garage eut le torse aéré. Un grand trou dans le tronc comme si sa chair et les os avaient été arrachés ou fondus. Difficile à expliquer et il n’alla pas vérifier. Séraphin l’avait vu et avait manifesté son pouvoir froidement, sans chercher à le contrôler, en laissant la colère frapper.


La cuisine d’Utopia en 2050, Séraphin prépare le pain.

« Quelques jours après la Nuit de la Terreur, Liam Wells est venu à moi. J’allais commettre quelques meurtres sur ces anti-mutants. J’avais remonter une piste plus facilement que je ne l’aurais cru. Une sorte d’association capable de reconnaître les mutants via une cérémonie de recrutement. Je les ai contacté par le net, puis je les ai rejoins. Ils ne m’ont pas détecté, mais leurs rites est tout juste bon pour effrayer des ados en mal de sensations. Des effets spéciaux et un discours sur la culpabilité pour faire ressortir un complexe d’infériorité ne m’a pas ému plus que ça. Je me suis fait des potes en laissant ma haine parler. Sauf que je ne les désignais pas ouvertement.

Et un jour, une fois que je m’étais suffisamment entraîné pour les tuer tous lors d’une de ces réunions stupides où chacun exprime sa haine envers les mutants et finalement eux-mêmes, Liam était là. Il m’attendait. J’ai accepté de le rejoindre et de ne pas me servir de mon pouvoir.

Une semaine plus tard, les journaux ont parlé d’un incendie ayant causé la mort d’une vingtaine de personnes. Aucun d’entre eux n’a pu sortir. Les autopsies n’ont pu révéler des traces de somnifères. Les organisateurs de la Nuit de la Terreur ont-ils compris que ce messages leur était destiné ? Liam a compris et je ne sais pourquoi, il m’a gardé.

Amen !

Aujourd’hui en 2050, je travaille à Utopia. Je prépare la cuisine le plus souvent et j’apprend à quelques mutants à canaliser leurs peurs et leurs doutes. Une fois par mois, Liam parvient à me donner des nouvelles de ma fille de onze ans. Je prie pour que Utopia trouve un mutant capable de la réveiller. Elle est dans un hôpital, dans un coma. Elle attend que je vienne la chercher. Et d’après Liam, « eux » aussi ».



Dernière édition par Cavalier le Lun 31 Mai - 17:41 (2010); édité 2 fois
 Revenir en haut
 Publicité
 
  

 
 
 

 MessagePosté le: Ven 28 Mai - 18:47 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
 Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    afterworld Index du Forum -> Personnages -> Présentation -> Fiches validées Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template SoftLight created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com